Articles de chrisadmin

APBA: Voeux de l'association

Par Le 17/01/2024

Apba infoL’ensemble du Conseil d’Administration vous présente ses vœux pour l’année 2024 : qu’elle vous apporte joies et bonheur. Nous vous souhaitons beaucoup de belles promenades sur notre cher Bassin.

Cette lettre mensuelle de fin d’année vient compléter l’Actualité Plaisancière que vous devriez avoir reçue dans votre boite aux lettres.

Deux dates à retenir sur votre nouvel agenda : 

 

1.      ASSEMBLEE GENERALE  2023 de l’APBA, le samedi 9 mars 2024, à Andernos. 

2.      SALON NAUTIQUE ARCACHON, du 19 au 21 avril 2024.

Nous consacrons la plus grande partie de cette lettre au SIBA qui gère une grande partie de notre vie de plaisancier sur le Bassin et s’occupe de l’ensemble des eaux non potables qui nous entourent.

Le SIBA est reconnu, en France, comme une des Agences intercommunales les plus performantes. Bien entendu la pollution agricole et l’histoire des constructions immobilières autour du Bassin ne facilitent pas ses tâches, mais de réels progrès ont été réalisés en 20 ans … Notre participation à l’amélioration de ses missions est primordiale. Soyons attentifs et responsables. 

Vous trouverez aussi beaucoup de lecture sur les différentes réunions qui ont eu lieu ces dernières semaines pour nous annoncer avec quelles sauces restrictives notre environnement marin sera agrémenté ! Notre avis est demandé …serons-nous entendus ? Nous nous permettons d’en douter, les dernières expériences de concertation n’ont pas été couronnées de succès pour les plaisanciers.

Bonne lecture !

https://apba.info/ckfinder/userfiles/files/2023/lettre%201223/LETTRE%20MENSUELLE%20%20DECEMBRE%202023(1).pdf

APBA

Association des Plaisanciers du Bassin d'Arcachon

ADPSO: Bilan 2023

Par Le 17/12/2023

Adpso ADPSO : BILAN  DEPUIS L’ASSEMBLEE GENERALE  DU 12 JUIN 2023

Depuis sa dernière A.G. du 12 juin 2023, l’ADPSO  a changé son libellé qui est depuis ce jour là : « Association de Défense et de Promotion du Site Ouest ».  Cette nouvelle dénomination  permettra à notre association de soutenir les projets de la façade maritime annoncée par le Maire de La Teste de Buch depuis son élection en 2020.

La façade maritime avance et se concrétise avec la réalisation du pôle nautique, la réhabilitation prochaine de l’avenue des Ostréiculteurs et la réalisation future du Musée du Pays de Buch qui vient de se voir attribuer un avis favorable pour sa labellisation. D’autres projets dans les années à venir se réaliseront car Monsieur le Maire de la Teste de Buch a récemment indiqué que :  « Suite aux incendies de 2022, la notoriété de la ville testerine a été reconnue grâce aux contacts que j’ai eu avec certains  ministres ce qui pourrait faire avancer certains projets liés  à la façade maritime ». L’ADPSO est une des rares associations testerines à soutenir cette façade maritime, elle apportera tout son soutien comme elle l’a déjà fait pour la sauvegarde des Prés Salés Ouest à partir de 2009 et le dragage du port testerin en 2021.    

Adhésions. 187  adhésions en 2023 dont 37 de l’immeuble arcachonnais « Mer et Sud ». Ces propriétaires riverains qui connaissent quelques problèmes dans le secteur de la Pointe de l’Aiguillon ont demandés à l’ADPSO de les signaler au SMPBA (ce qui a été fait) maintenant gestionnaire de cette zone depuis janvier 2023.   En si peu de temps, le SMPBA n’a pas pu accéder aux demandes formulées comme des annexes laissées en vrac par des propriétaires de bateaux sur corps mort, la création de racks pour ces annexes, enlever des épaves de bateaux, le respect du chemin du littoral, la création d’un batardeau ou d’un perré pour limiter la montés des eaux de marées lors des forts coefficients.

Conseil des Sages : L’ADPSO se rapprochera en janvier 2024 du Conseil des Sages pour une rencontre car nous avons en commun l’avancée du projet de la façade maritime.

Craie cocolithique : C’est une solution d’épandage de craie de Champagne, de nautex, chère notre membre du C.A.  Claude Vassal qui permet de diminuer les vases en les fluidifiants mais qui a également l’avantage de réduire la décantation terrestre en diminuant les volumes de sédiments à extraire.  

Un essai devrait avoir lieu comme l’avez indiqué le vice président du SMPBA également adjoint aux affaires portuaires testerines Jean François Boudigue lors du prochain dragage début 2025  des quatre  chenaux desservant les entreprises de l’Aiguillon Aloir, Bonnin, Bossuet, Gentil.

Centre de traitement des sédiments maritimes : Il va être créé par le SIBA à Gujan Mestras en face de l’Actipôle gujanais dans des terrains forestiers donnés par la commune.  Le registre était consultable en mairie de cette commune, l’ADPSO a indiqué  toute sa satisfaction pour cette réalisation qui permettra de ne plus avoir les polémiques que l’on a connues lors du dragage du port testerin en 2021 pour le stockage des vases  à La Mole.  

Chemin du littoral : Lors de son assemblée générale du 12 juin 2023, l’ADPSO avait indiqué que  le rétablissement d’un secteur du chemin du littoral serait un de ses objectifs. Comme la loi l’indique, il est obligatoire de le  conserver au plus prêt du rivage sauf si certaines parcelles traversées changent d’appellation ce qui est le cas pour les terrains du nouveau pôle nautique qui passent de Domaine Public Maritime à Domaine Public Portuaire.

Le chemin du littoral n’existe plus dans son tracé patrimonial depuis l’effondrement de la digue en août 1944. Actuellement pour rejoindre le Lapin Blanc depuis les Prés Salés Ouest, il faut prendre  un sentier de découvertes qui s’éloigne des bords de l’estran pour déboucher sur l’avenue du Général Leclerc, une artère très dangereuse avec une importante circulation qui frôle littéralement les marcheurs et les promeneurs qui l’empruntent.                                                                              Une approche a été faite auprès du cabinet du Maire testerin qui a indiqué que  ce projet n’est pas envisageable actuellement et au SMPBA lequel qui avait déjà indiqué que le chemin du littoral serait un jour préservé, sécurisé et valorisé, n’a pas donné une date précise pour finaliser cette promesse. 

ADPSO: Nous voulons un chemin du littoral

Par Le 26/11/2023

AdpsoChemin du Littoral : Rappel, Rétablir, Améliorer, Rencontre. 

Rappel  sur le  Chemin du Littoral.

Depuis la nuit des temps, un sentier longeant l’estran entre La Teste de Buch et Arcachon a toujours existé s’appelant au fil des siècles, «  Chemin du Douanier »,  « Chemin Côtier » ou  « Chemin de Saint Honoré » pour les historiens ou les plus érudits. Actuellement c’est le « Chemin du littoral »,  sa dénomination l’a plus employée qui nous préoccupe concernant sa disparition dans un secteur reliant les Prés Salés Ouest au Lapin Blanc.

Comme le rappelle Franck Bouscau (extrait du bulletin n°40 du 2ème trimestre 1984 de la Société Historique  et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch) : «  C’est entre 1840 et 1845 que fut construite à travers les Prés Salés  Ouest  la route- digue reliant  La Teste de Buch à la jetée  d’« Eyrac » pour accéder aux célèbres  bains de mer ».

Par contre un chemin a toujours permis de relier  le secteur du port testerin actuel dont les travaux commencèrent en 1852  et le quartier testerin du « Moueng » ou « Mouing » (suivant les plans ) situé de nos jours  à côté de l’actuelle  « Pointe de l’Aiguillon » pour desservir les quelques cabanes de pêcheurs existantes et accéder à l’ancien port d’échouage testerin du « Caillau».

Ce petit rappel montre qu’un chemin patrimonial a  toujours permis  de marcher et d’accéder au plus prés du rivage même depuis l’endiguement des Prés Salés Ouest qui a été réalisé au cours des années 1930 – 1935.           Hélas la digue s’effondra le 4 septembre 1944 ce qui ne permet plus depuis cette date aux utilisateurs  de rejoindre depuis l’écluse régulant l’eau des marées des Prés Salés Ouest le lieu dit « Lapin Blanc », les obligeant de prendre  un autre itinéraire passant par le boulevard du Général Leclerc et l’impasse du Lapin Blanc pour rejoindre les cabanes du même nom, sans aucune sécurité mais avec un dangereux trafic routier important surtout aux beaux jours.

Pourtant, même avec  un nouveau tracé ou une amélioration de celui qui existe, il faudrait respecter les conventions antérieures et  les lois ancestrales  qui stipulent que les propriétés riveraines du Domaine Public Maritime doivent proposées une bande de terrain destinée à assurer exclusivement le passage des piétons sauf s’il y a eu changement de destination des lieux.

Il est vrai que depuis la création du nouveau pôle nautique qui abritait  il y a plusieurs décennies le chantier « Couach », ces terrains ont été renommés comme faisant parti du Domaine Public Portuaire et par ce fait  on ne devrait plus pouvoir y accéder directement, des moellons ont d’ailleurs été déposés pour empêcher le public de traverser.

 

Rétablir ou Améliorer le chemin du littoral actuel :

Si le Chemin du Littoral ne peut pas être recréé comme initialement, c'est-à-dire en bordure du rivage, il serait souhaitable d’en redéfinir un nouveau tracé  dans la portion citée plus haut,  c’est ce  qu’espèrent les associations locales de marcheurs qui pourraient  ainsi l’emprunter en toute sécurité. Une  étude  doit être envisagée tout en sachant que les récentes installations du nouveau pôle nautique de l’Aiguillon comprenant  une vingtaine de nouvelles entreprises ne permettent pas d’avoir un accès direct au plus prés de la cale de mise à l’eau et du futur port à sec.  

Deux solutions peuvent être proposées.

La première, une amélioration de l’existant c'est-à-dire qu’au sortir du sentier ou vous est proposé un panneau vous souhaitant la « Bienvenue au site naturel des Prés Salés Ouest »  et qui débouche sur une artère à grande circulation, l’avenue du Général Leclerc,  il faudrait sur quelques dizaines de mètres recréer un cheminement plus à l’intérieur qu’actuellement, préservant la sécurité des utilisateurs. 

Une seconde solution pourrait être proposée dans une parcelle humide et marécageuse en partie arborée appartenant au Conservatoire du Littoral celle d’un cheminement depuis l’écluse qui longerait en extérieur les entreprises du pôle nautique en débouchant prés des locaux professionnels, ceux  jouxtant l’avenue du Général Leclerc afin de rejoindre l’impasse du Lapin Blanc.  

D’ailleurs, c’était il y a quelques années un passage qui a existé mais depuis longtemps il a été  délaissé donc abandonné.

D’autres schémas  peuvent être trouvés mais c’est aux collectivités de prendre les meilleures décisions.