Articles de chrisadmin

ADPSO: Lettre de décembre 2022

Par Le 19/12/2022

AdpsoComme l’année 2022 se termine, les membres du Conseil d’Administration de l’ADPSO veulent souhaiter  à leurs adhérents et à leurs sympathisants de bonnes fêtes de Noël ainsi que leurs meilleurs vœux pour 2023.
L’ADPSO profite de ce message pour  vous donner quelques informations. L’ADPSO compte cette année 124 adhésions. Un grand merci à celles et ceux qui l’ont renouvelé et bienvenue aux nouveaux adhérents qui nous ont rejoint en 2022, cela  permet d’être plus représentatif et mieux pris en compte que d’autres associations ayant des buts  similaires à proposer ou à défendre. Nous espérons vous compter encore des nôtres en 2023 pour poursuivre certains objectifs comme nous l’avons fait depuis 2009 date de sa création et pour cela vous trouverez en pièces-jointes une adhésion pour 2023, merci d’avance. L’ADPSO continuera comme par le passé à s’investir en faveur du port de La Teste de Buch, à coopérer  avec le SMPBA pour le traitement des vases testerines de la zone maritime et portuaire, à participer    à la sauvegarde des Prés Salés Ouest afin qu’ils restent un lieu privilégié de promenade, à s’investir  dans le projet de la façade maritime testerine. D’ailleurs, vous avez pu constater depuis les dernières assemblées (extraordinaire et générale) du 1er juillet 2022 que, si le sigle ADPSO est toujours le même, le libellé a changé. Dorénavant les statuts stipulent qu’au lieu de : « Association de Défense des Prés Salés Ouest », ils sont maintenant définis comme suit : « Association de Défense et de Promotion du Site Ouest ».    
Un petit rappel concernant la façade maritime. Les assemblées du 1er juillet 2022 se sont déroulées avec presque 100 personnes en présence de Monsieur Davet  Maire de La Teste de Buch, de Madame Panonacle députée, de Monsieur Sagnes premier adjoint de la ville, de plusieurs conseillères et conseillers municipaux testerins, de Monsieur Cyril Clément Directeur du SMPBA, de  Monsieur Dubrous architecte  et de nombreux présidents d’associations locales. Cette réunion aura permis d’aborder plusieurs dossiers mais il a surtout été question de la réalisation de la façade maritime annoncée depuis quelques années allant du quartier du Canalot jusqu’au  Lapin Blanc / Aiguillon. A ce jour, elle commence à démarrer avec à l’Ouest, la création du pôle nautique au Lapin Blanc dont les bâtiments vont être  rapidement livrés  avec un port à sec de 500 places et une calle de mise à         l’eau refaite à neuf.  Pour ce projet Monsieur le maire de la Teste de Buch a indiqué dans Sud Ouest le 12 octobre : « La réalisation du pôle nautique est une première pierre de tout aménagement de la façade maritime  qui aura une dimension économique mais aussi touristique ».
A l’Est, c’est la réhabilitation de tout un secteur qui a démarré avec certains travaux pour la rue des Ostréiculteurs (réseaux, canalisations etc ….) avec sous deux ans une voie piétonne, cyclable, routière, digne de ce magnifique quartier très prisé des testerins et des touristes et en suivant, le Canalot et son écluse devraient être réhabilités. Dans un premier temps, il faut consolider la digue Est en mauvais état et refaire entièrement l’écluse de la petite maline indispensable pour la survie des ostréiculteurs. Tous  ces travaux seront financés par la Ville, le SMPBA et les associations A.S.A. et A.O.B.
Voila le début de cette façade maritime testerine qui devrait  se poursuivre  les années suivantes au fur et à mesure des opportunités et des investissements voulus par la commune de La Teste de Buch.

APBA: Lettre de Novembre

Par Le 27/11/2022

Apba info

Chers amis de l’APBA !

La pluie est enfin arrivée avec son lot de champignons : quelle récolte pour un mois de Novembre ! Le Bassin hiverne, les oiseaux migrateurs profitent de notre silence et envahissent les « iles « par milliers. Les travaux des ports battent leur plein, les désenvasages continuent, les réunions administratives de gestion du Bassin, auxquelles nous participons, se succèdent.

Dans les prochains jours nous aurons à nous prononcer sur le futur Contrat de Gestion de la RNN Banc d’Arguin que nous attendons depuis 15 ans. Nous reconnaissons la volonté de concertation qui a été mise en œuvre, sous l’égide de notre sous -préfet et de son administration par l’intermédiaire du Conservateur actuel d’Arguin. Mais le projet, discuté au sein du Conseil d’Administration et de la Caub’Arc, ne nous convient pas en l’état : les plaisanciers ne semblent pas exister à l’inverse des oiseaux, des ostréiculteurs ou de l’UBA … Pour l’instant notre avis sera négatif.

Nous vous préparons un numéro de Nouvel An de la Revue Plaisancière exceptionnel pour marquer nos 40 ans.

Merci à tous d’avoir autant participé aux activités très nombreuses qui vous ont été proposées cette année. Nous clôturons l’année par la visite du Sémaphore du Cap Ferret avec plus de 50 participants.

Le Conseil d’Administration prépare déjà les nombreuses festivités de 2023, le calendrier est en train de s’élaborer.

Restez informés tout l'hiver grâce à notre site internet entièrement revu : www.apba.info

Devant la difficulté à trouver une salle, la date de notre AG pourrait être modifiée, restez vigilants à nos annonces et surtout, venez nombreux !

Le Conseil d’Administration

SOMMAIRE :

  • Atelier lecture de cartes
  • Coup de Gueule
  • Revue de Presse du mois
  • Nœuds
  • Loi ASAP
  • Orques
  • « Antichavirement » du Bassin

Lettre mensuelle APBA Novembre 2022lettre-mensuelle-apba-1122.pdf (1 Mo)

RNN Arguin, communiqué de CAUBARC

Par Le 02/11/2022

L’écologie punitive à l’encontre de l’espèce humaine se développe aussi au cœur du Bassin d’Arcachon et progressivement dans tout le Bassin = le développement des zones interdites à la plaisance qui se cumule à l’exhaussement des fonds vaseux. Ce qui a pour conséquence de densifier bêtement les dernières zones autorisées et accessibles. Une majorité de nos élus laisse faire. Il n’y a pas de coalition déterminée -ou suffisante -  à combattre ce Cheval de Troie. Au contraire, on alloue des budgets très conséquents pour ce faire. La vie des personnes, des entreprises, de leur famille n’est pas autant considérée sur ce territoire que celle des oiseaux.     

Ce développement intrusif  prend la forme de plusieurs moyens pernicieux pour y aboutir que l’on retrouve bien souvent :

  • Absence de fondement scientifique pour légitimer un arrêté préfectoral,
  • Seule consultation de comités scientifiques constitués d’écologistes engagés désignés par les pouvoirs politiques au lieu de consultation d’entités privées indépendantes,
  • Absence de comptage contradictoire et organisé par les pouvoirs publics pour établir un véritable dossier de la fréquentation du Bassin d’Arcachon, (la commission, initiée depuis le 18 décembre 2020, n’a toujours pas abouti à un dossier de statistiques étalées dans le temps et contradictoires avant la mise au vote du plan de gestion de la RNN et notamment par le PNM BA pourtant initiateur… + grand silence des gestionnaires du PNM BA)  
  • Communication prosélyte de la SEPANSO sans avis ni accord du Comité Consultatif. Ce communiqué de 5 pages en est une nouvelle preuve. Ce n’est pas le Comité Consultatif qui s’exprime mais bien la SEPANSO. Ce qui confirme l’autoritarisme qui découle de cette situation réglementaire.  Autre exemple passé, nous avons dû intervenir auprès de la Sous-préfecture pour faire enlever des igloos les documents ‘’promotionnels’’ / France Nature Environnement et SEPANSO. Également, les chiffres diffusés/ infractions sont toujours sans définition préalable et contradictoire des modalités de comptage.  
  • Absence de volonté de partage du territoire d’Arguin, du Toulinguet et de toutes les zones maritimes alentours sous motif de préservation d’espèces protégées alors que la nature démontre ses propres libertés … Les sternes ont disparu malgré une règlementation drastique / présumés responsables  et coupables…

Concernant le CP de la SEPANSO :

La nouvelle carte de la RNN d’Arguin démontre, s’il le fallait, le quartier libre que les pouvoirs publics autorisent à la SEPANSO : les ZIO ont été totalement ignorées de l’information graphique ! Pourtant elles restreignent, en réalité sur le terrain – et avant le nouvel arrêté 2022 -,  de plus de 50 % aujourd’hui la zone allouée au mouillage ! Et ce, à marée basse. A marée haute, ce droit supposé se restreint à quelques centaines de mètres.  

Les usagers d’Arguin, par leurs représentants, ont accepté bien volontiers de réduire la zone de mouillage du 1er novembre au 31 mars dans l’intérêt de l’avifaune. En revanche, pour obtenir quelques centaines de mètres supplémentaires de mouillage, ou autoriser les pêcheurs venus de loin à pouvoir stationner dans les caouènes pendant quelques minutes, il faut se battre pour en justifier la légitimité. Quand ce n’est pas carrément refusé sous prétexte de la sempiternelle sécurité.   

Il devrait y avoir une limite à l’écologie dogmatique. Ce serait des études scientifiques et des études socio-économiques indépendantes gérées par des entités dont les représentants sont élus par leurs membres et non pas désignés par les pouvoirs publics qui en préforment les décisions.

Nous demandons le retrait de ce communiqué de presse car trop partial et politisé .

Concernant le nouvel arrêté de mouillage, la définition de la limite sud est inapplicable sur site.

Joël CONFOULAN

Président

Arguin photo zonages 2021