Lettre à Mme Panonacle

Madame la Députée,

Dans cette épreuve dramatique que traverse notre Pays, je suppose que votre charge s’est alourdie et complexifiée. Au-delà de toute notion partisane, nous vous assurons de notre soutien.

Vous êtes à l’évidence la meilleure ambassadrice de nos doléances, si vous les partagez, auprès du Gouvernement.

Ainsi, les membres de notre Confédération fondée sur les divers usages maritimes du Bassin d’Arcachon, souhaite que vous puissiez porter auprès de nos autorités supérieures les propositions suivantes dès la fin du confinement de notre département. 

Cet ensemble s’effectuera, en cas de passager(s) invité(s), après rappel des consignes habituelles et lavage préalable des mains, sous la responsabilité du chef de bord, notamment pour des personnes extérieures au même milieu familial ayant été confiné et pouvant avoir de fréquents contacts publics, dans le respect de toutes les prescriptions sanitaires en vigueur à terre. Les personnes embarquées (donc en transport), en ce excluent toutes les personnes présentant des signes évidents de maladie respiratoire symptomatique du coronavirus, devront porter un masque. S’agissant d’un milieu fréquemment ventilé et bruyant, le fait de devoir élever la voix force les projections aériennes. Selon les infectiologues, le port d’un écran au niveaux des yeux, zone sensible, serait préconisé dans tous les cas.

  • À terre : accéder librement aux pontons ou aux corps-morts, aires de carénage, autres équipements et/ou infrastructures et tous les services et commerces dédiés à nos usages. 
  • En mer intra-Bassin (et à titre complémentaire sur le lac de Cazaux) et Atlantique à 100 km maximum du domicile : pouvoir circuler librement selon la règlementation en vigueur et pratiquer le plus tôt possible les diverses activités sportives et traditionnelles (dont pêche – et à pied -, chasse, plongée, canoë-kayak, paddle, kite-surf (spots de la Hume, Arbousiers, CVA et Lagune/Salie). 
  • Concernant la circulation maritime à titre privé, pouvoir embarquer un nombre maximum de 10 personnes dans la limite de la catégorie de son bateau.
  • Concernant la circulation maritime à titre public, l’UBA a déjà transmis ses propositions aux autorités et nous les soutenons. 
  • Enfin, nous avons demandé aux autorités que tous les moyens, dont réglementaires maritimes pouvant être assouplis, permettant de réduire ainsi les effets désastreux du confinement, à la fois sociaux et économiques, soient étudiés le plus rapidement possible en concertation avec les acteurs locaux. Ainsi, par exemple, des modalités adaptées pour le mouillage de nuit et de jour à Arguin et peut-être aujourd’hui au Toulinguet seraient les bienvenues, tout en tenant compte des seules contraintes de sécurité aux basses eaux. Concernant l’avifaune, il est apparu et confirmé par le gestionnaire de la RNN en effet, que les plaisanciers n’étaient pour rien dans la raréfaction des effectifs de Sternes mais plutôt leurs prédateurs naturels qui s’y développent de facto. Une réduction raisonnable des ZPI (tout en préservant les milieux dunaires) nous paraît nécessaire pour faciliter l’étalement linéaire et la distanciation des mouillages. 

Vous remerciant pour votre écoute et votre relais, 

Restant à votre disposition, 

Recevez mes salutations les plus respectueuses,

 

Joël CONFOULAN

Président

 

CAUBARC bassin Nautisme