dragage

Port de La Teste de Buch: Historique du dragage

               Historique et commentaires des dragages du port de La Teste de Buch  

Jusqu’au milieu du XIX ème siècle, La Teste de Buch ne disposait que d’un port d’échouage dit du « Caillaou » situé au bord de la « Petite Mer du Pays de Buch » vers le «  Lapin Blanc » actuel.  Dès le 22 novembre 1789, lors de la naissance du canton de La Teste de Buch, les testerins demandèrent qu’un port soit aménagé au plus près de la bourgade testerine.                                                                                                                                                                En 1845, c’est l’ouverture de la route-digue La Teste de Buch / jetée d’Eyrac d’Arcachon et 7 ans plus tard soit 1852  démarra la construction d’un port de pêche testerin, l’ostréiculture se développera ensuite, mais largement  quelques années plus tard. Un chenal principal fut creusé dans les prés salés, on aménagea un second chenal parallèle au premier, ce qui donna au port son aspect actuel.
Le port testerin étant soumis aux marées, il s’envase tout naturellement au fil des années, les concepteurs de l’époque n’ayant pas prévu de retenue d’eau pour faire un effet  de « chasse », quelques dragages d’entretien furent effectués pendant plus d’un siècle.

Jusqu’en 1983, le port de La Teste de Buch pourtant situé dans le Domaine Public Maritime (D.P.M.) propriété de l’Etat a été géré par les diverses municipalités qui se sont succédées à la tête de la commune. A cette date le Conseil Général de la Gironde a demandé au maire de l’époque  Monsieur Gilbert Moga si la ville de La Teste de Buch voulait prendre officiellement à son compte la gestion et  l’entretien de l’espace portuaire testerin. Suite au refus du conseil municipal, c’est donc depuis 1983 que le Conseil Général de la Gironde maintenant appelé Conseil Départemental a en charge la gestion du port de La Teste de Buch.

Le dernier dragage eut  lieu la même année en 1983, la canelette et l’entrée du port furent dragués par suceuse soit une solution hydraulique, les vases étant envoyées et stockées pour conforter les digues en mauvais état des Prés Salés Est qui protègent le quartier des Bordes.
Déjà dans ces années là, certains usagers, ostréiculteurs, pêcheurs avaient envisagés de capter la craste Darriet pour  faire un effet de chasse d’eau ce qui aurait permis de désenvaser l’entrée du port. Cette éventualité a été abandonnée comme l’a été en 1991 le  projet de captage et de déviation de craste Douce vers la darse du quai du patrimoine actuel pour permettre de  chasser les sédiments accumulés dans ce secteur.

Depuis près de quarante ans, le port de La Teste de Buch n’a plus été dragué, le chemin sera long pour arriver à un consensus général car les polémiques seront nombreuses. Les collectivités en charge des décisions sont  souvent soumises aux contraintes environnementales mais comme elles doivent s’entourer de garanties cela a toujours contribué à retarder un éventuel dragage du port testerin.

Lire la suite